• Enseignement supérieur,
  • Recherche,

Gouvernance et normativité

Yves Palau

Publié le 5 mars 2012 Mis à jour le 6 mars 2012

Qu'est-ce que la gouvernance ? Une réalité empirique ou un concept ? Ce terme à la mode désigne-t-il une incapacité ou une nouvelle manière de gouverner ? Témoigne-t-il de l'émergence d'un pouvoir faible ou d'un pouvoir fort ?Pour répondre à ces questions, cet ouvrage se concentre sur le rapport que la notion de gouvernance entretient avec les normes.

Ce choix permet d'analyser la gouvernance en action, au « concret », en s'écartant d'une littérature souvent auto-légitimatrice parfois plus militante que scientifique. Il permet aussi d'éviter le double piège d'une approche substantielle de la notion de gouvernance, qui nous paraît conduire à une impasse tant sont multiples, imprécises et parfois contradictoires les définitions proposées, et d'une accumulation d'études strictement empiriques et factuelles portant sur quelques cas.Dans leurs réponses, diverses et parfois contradictoires comme l'est la réalité qu'ils décrivent, les auteurs assument un effort de réflexion théorique sur l'usage de la notion de gouvernance en la replaçant dans une problématique à la fois plus large et plus ancienne qui est celle de la gouvernabilité des sociétés modernes, c'est-à-dire « des conditions sociales de l'exercice » du pouvoir. C'est dès lors l'originalité même du phénomène que désigne le terme de gouvernance qui est réinterrogée, ainsi que son homogénéité.Objet interdisciplinaire, voire transdisciplinaire par excellence, la gouvernance gagnait à être analysée par des auteurs relevant de champs académiques différents, sociologues, anthropologues, juristes, politistes qui ont l'habitude d'un échange scientifique dont cet ouvrage est le produit.